Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait.

Nos conférences

Les samedis de l’histoire : 5 octobre à 14h

Pointe-à-Callière, Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal
Espace 360°
Maison-des-Marins
165 Place d’Youville
Montréal

Le site du Parlement dans le Vieux-Montréal : un haut-lieu de la politique canadienne au milieu du 19e siècle par Louise Pothier et Hendrik Van Gijseghem.

Le site du Marché-Sainte-Anne-et-du-Parlement-du-Canada-Uni (1832-1849) a fait l’objet d’un ambitieux programme de recherches archéologiques initié par Pointe-à-Callière dans le but de mettre en valeur ce site d’importance nationale. En dépit de la courte présence du Parlement du Canada-Uni (1844-1849), sa fin abrupte lors d’un incendie dévastateur a occasionné une abondante culture matérielle qui jette un éclairage saisissant sur le milieu politique et social de l’époque. Nous présenterons certaines des pièces les plus éloquentes issues des fouilles, récemment restaurée. De plus, grâce à des outils innovateurs, notamment un système de géolocalisation des artefacts selon leur provenance en plan et en stratigraphie, ainsi qu’une reconstitution 3D du site, nous proposerons des pistes de réflexion sur les changements qui s’opèrent dans la politique canadienne à partir de l’analyse des données archéologiques.

Biographie des intervenants

Louise Pothier et Hendrik Van Gijseghem
THE CANADIAN PRESS/Paul Chiasson

Louise Pothier

Conservatrice et archéologue en chef à Pointe-à-Callière
Louise Pothier est responsable du volet archéologie et conservation dans le cadre du projet d’expansion du Musée, notamment pour la mise en valeur du Fort de Ville-Marie et du premier égout collecteur au Canada, et pour les travaux de recherches archéologiques menés sur le site du marché Sainte-Anne/Parlement du Canada-Uni. Elle dirige la collection « Archéologie du Québec », produite par Pointe-à-Callière en partenariat avec le ministère de la Culture et des Communications, éditée par les Éditions de l’Homme. La Société historique de Montréal a remis sa médaille 2019 à Louise Pothier et son équipe d’archéologues à Pointe-à-Callière pour leur contribution à l’histoire de Montréal. 

Hendrik Van Gijseghem

Chargé de projets, archéologie et histoire, Pointe-à-Callière
Hendrik Van Gijseghem œuvre en archéologie depuis 1995. Il détient un baccalauréat de l’Université de Montréal et un doctorat de l’Université de Californie, Santa Barbara. Il a mené des recherches intensives au Pérou et au Canada, et pendant une décennie il a enseigné l’anthropologie dans plusieurs universités américaines et canadiennes. Il est chargé de projet en archéologie et en histoire à Pointe-à-Callière depuis 2017; à ce titre, il coordonne notamment le projet Archéolab.québec, première base de données accessible  en ligne pour les chercheurs et le grand public.

Share

Les samedis de l’histoire : 4 mai à 14h

La contribution militaire et civile des officiers des troupes de la Marine au Canada 1683-1760 par Marcel Fournier, historien et généalogiste

Quelque 900 officiers et cadets des troupes de la Marine ont servi au Canada entre 1683 et 1760. Issus pour la plupart de la petite noblesse française et canadienne, ces militaires ont parcouru l’Amérique pour explorer et défendre tout un continent au nom du roi de France. Cette conférence apportera des éléments nouveaux sur le rôle joué par ces officiers dans l’histoire de l’Amérique française.  

Historien, auteur, conférencier et généalogiste émérite, Marcel Fournier Il est l’auteur d’une trentaine de publications et d’une centaine d’articles en histoire et en généalogie publiés dans différentes revues du Québec et de la France. Marcel Fournier a reçu en 2010 les insignes d’officier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française. En 2012, il recevait le prix des Dix de la Société des Dix.

samedi 4 mai à 14h
Pointe-à-Callière, Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal
Salle polyvalente
350, place Royale
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 3Y5

Share

Montréal à travers ses quartiers : 20 avril à 14h

Le Sault-au-Récollet ou de la ruralité à l’urbanité en passant par la villégiature par Stéphane Tessier, interprète en patrimoine.

L’histoire du Sault-au-Récollet remonte avant la fondation de Montréal à une époque où les missionnaires exploraient le continent afin d’évangéliser les premières nations. Que signifie « Ahuntsic » en huron ? Découvrez l’histoire de la mission d’évangélisation du Fort-Lorette, de la plus ancienne église de Montréal, de l’exceptionnel site des moulins, etc.  La mobilisation citoyenne qui a mené à la sauvegarde la Maison du Pressoir et à l’aménagement du parc-nature de l’Île-de-la-Visitation est digne de mention dans la transformation de ce lieu rural en milieu urbain. La multitude de maisons anciennes du 18 ème et 19 ème siècle qui ont traversées les époques est sans pareil. 


Stéphane Tessier œuvre dans la mise en valeur du patrimoine nord-montréalais et lavallois depuis 20 ans. Le patrimoine bâti du boulevard Gouin a été sa vocation: recherches, conférences et visites des anciens villages de Rivières-des-Prairies, Montréal-Nord, Ahuntsic, Bordeaux, Cartierville, Saraguay, Sainte-Geneviève, Île Bizard et Sault-au-Récollet. Membre et collaborateur des sociétés d’histoire locale. Conseiller historique du Parcours Gouin. A travailler au Vieux-Fort de l’Île Sainte-Hélène, au musée d’histoire du Sault-au-Récollet (Cité Historia), musée du Château Dufresne, Atelier d’histoire d’Hochelaga-Maisonneuve. Animateur historique et conteur à ses heures également.

samedi 20 avril à 14h
Pointe-à-Callière, Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal
Salle polyvalente
350, place Royale
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 3Y5

Share

Les samedis de l’histoire : 6 avril à 14h

Maurice Séguin, historien du Québec d’hier et d’aujourd’hui par Jean Lamarre, sociologue.

Au cours de l’après-guerre, Maurice Séguin a proposé à ses contemporains une réinterprétation d’ensemble du devenir de la société québécoise. Pour ce faire, il a développé un modèle théorique systémique qui met de l’avant une conception renouvelée de ce qu’est une nation, des forces qui jouent en elle et des relations que les nations entretiennent les unes envers les autres. Nous verrons en quoi l’œuvre de Séguin demeure à la fois d’actualité et de portée universelle.

Jean Lamarre est l’auteur d’une étude sur les historiens de l’École de Montréal publiée chez Septentrion en 1993 sous le titre Le devenir de la nation selon Maurice Séguin, Guy Frégault et Michel Brunet (1944-1969).

samedi 6 avril à 14h
Pointe-à-Callière, Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal
Station de pompage
173, place d’Youville
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 3Y5

Share
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!