Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait.

Tribunes

Décès de l’historien et politologue Michel Sarra-Bournet

Hommage de Martin Pâquet relayé par Robert Comeau, président de la SHM

Michel Sarra-Bournet vient de décéder. 

Michel était mon ami depuis le début des années 1980. Je l’ai connu grâce à nos passions communes: l’histoire et le politique. Nos chemins se sont croisés depuis à maintes reprises au cours de nos études respectives, lui à Sherbrooke et à Ottawa, moi à Laval. Puis, bien sûr, dans nos carrières respectives. Il était un enseignant dynamique et stimulant, un historien et un politologue respecté, un entrepreneur énergique, un citoyen profondément engagé.

Michel avait quelque chose de noble dans sa démarche. Je me souviens à Hull au cours de l’hiver 1993-1994, lorsqu’il nous avait dit, à Marcel et moi, qu’il s’engageait en politique comme conseiller de Lucien Bouchard, alors chef du Bloc. Souvent farceur et plein d’humour, il était devenu subitement d’une gravité et d’un sérieux solennel: selon lui, nous vivions des moments historiques et il tenait à y participer. Ce fut un choix difficile pour lui, qui a eu des conséquences importantes sur sa carrière universitaire et dans sa vie personnelle. Jamais il ne l’a regretté devant moi. C’est une facette du Michel que j’ai connue et que j’ai toujours appréciée: son sens aigu des responsabilités.

Son engagement et son sens des responsabilités l’ont incité à se lancer dans la folle entreprise du Bulletin d’histoire politique. Il a fait partie des fondateurs avec Robert Comeau, Marcel Bellavance, Pierre Drouilly et Jean-Marie Fecteau. D’un bulletin publié sur du papier 8 1/2 par 11 à l’origine, il a contribué avec d’autres à faire de cette revue l’un des principaux centres intellectuels en histoire et en politique, par la qualité des débats et des contributions savantes. Michel est resté fidèle jusqu’à la fin au Bulletin: j’ai vu son visage et entendu sa voix il y a deux semaines encore au cours d’une réunion du comité de rédaction.

Historien accompli, il était le grand spécialiste de la période Duplessis depuis son étude sur l’affaire Roncarelli, sujet qui, plus de trente ans après la publication de son livre, n’a pas perdu de son actualité. Politologue expérimenté, ses analyses étaient documentées et solides, comme son éditorial du BHP sur la dernière élection provinciale en témoigne.

Enfin, Michel possédait un humour dont il avait bien compris le rôle apaisant dans les relations humaines. Son humour ne l’a jamais desservi dans ses multiples combats, des échanges partisans dans la vie politique aux causes qu’il a promues comme celle de l’enseignement de l’histoire au secondaire. Cet humour lui a permis d’échapper au sectarisme, travers de plusieurs combattants.

Michel aimait la vie comme il aimait le tango, qui ne se danse pas seul, mais à bras le corps. Michel était mon ami, il n’est plus mais il le demeure encore.

Mes sincères sympathies à sa famille, qu’il adorait.

Martin Pâquet

Retrouvez l’entretien de Robert Comeau avec Michel Sarra-Bournet :

Emission spéciale octobre 2018

Share
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!