Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

Conférences de 2000

11 mars

  • Isabelle Soucy de l’UQAM a abordé la question de la famille ouvrière juive, à Montréal, au tournant du 20e siècle. Elle a retracé les vagues migratoires des juifs de Montréal, les difficultés qu’ils ont eues à affronter et comment ils se sont regroupés selon les différentes branches du judaïsme.
  • Sylvie Ménard, ancienne dirigeante de la SHM, a résumé sa thèse de doctorat portant sur: Les écoles de réforme et la problématique de l’enfance au Québec: le cas de l’Institut Saint-Antoine pour garçons délinquants, 1873-1909.
  • Christine Simard, également de l’UQAM, a dressé la liste du personnel politique de Montréal entre 1881 et 1912, époque où les francophones cessent d’être en minorité au conseil municipal.
  • Martin Petitclerc, étudiant en histoire à l’UQAM, a dévoilé l’état de ses travaux de sa thèse de doctorat: Aux origines de l’économie sociale: Histoire des sociétés de secours mutuels au Québec, 1850-1933.

25 mars

  • Fernand Hébert, de l’UQAM, a fait part de son mémoire: La philanthropie et la violence martiale. Le cas de la Montreal Society for the Protection of Women and Children et de la Women Christian Temperance Union of the Province of Quebec, 1880-1920.
  • France Lord, de l’UdeM, a présenté sa thèse de doctorat portant sur: La muette éloquence des choses: collections et expositions missionnaires de la compagnie de Jésus au Québec, 1843-1946.
  • Éric Vaillancourt, de l’UQAM, a abordé la Société Saint-Vincent-de-Paul en faisant ressortir son rôle d’acteur social et religieux entre 1848 et 1930.
  • Kathleen Lord, de l’Université McGill, a présenté sa thèse de doctorat portant sur: Days and Nights on Notre-Dame Street in Saint-Henri, 1875-1905.

15 avril

  • Josée Desharnais, de l’UdeM, a présenté ses recherches sur la gestion des loisirs publics à Montréal, plus spécifiquement le cas de l’île Sainte-Hélène entre 1874 et 1914.
  • Hélène Bédard, de l’UdeM, a abordé les conditions sociales et économiques de trois réserves amérindiennes en Mauricie, les Attikameks.
  • Ginette Gagnon, de l’UdeM, a présenté les résultats de ses recherches concernant la qualité de l’eau à Montréal et l’aqueduc de Montréal au tournant du 20e siècle.

29 avril

  • Chantal Quesnay, de l’UQAM, a abordé les stratégies proposées par l’École sociale populaire pour «venir en aide aux familles» de 1918 à 1939. À cette époque, les femmes travaillent de plus en plus à l’extérieur, le cinéma et le théâtre populaire attirent un public plus nombreux et l’Église met en place des stratégies: réseaux d’encadrement, prescriptions morales et initiatives politiques.
  • Sarah Filotas, de l’UdeM, a abordé: Les organisations féminines de la communauté juive montréalaise de 1918 à 1948, en particulier le National Council of Jewish Women et la Ladies Hebrew Benevolent Society.
  • Dominique Marquis, de l’UQAM, a présenté sa thèse portant sur: La presse catholique au Québec entre 1910 et 1940.
  • Bernard Dansereau, de l’UdeM, a retracé Le Mouvement ouvrier montréalais, 1918-1929. Il a traité des grèves, de la venue de nouveaux groupes de travailleurs (policiers, pompiers, éboueurs, femmes en usine) et de la montée importante des organisations syndicales.

14 mai

  • Éric Amyot, de McGill, a présenté un aperçu du Québec entre Pétain et de Gaulle. Pétain représentait le retour de la France aux valeurs chrétiennes et de Gaulle avait la faveur d’un courant libéral important.
  • Esther Lamontagne, de l’UQAM, a raconté L’Histoire sociale des savoir-faire infirmier au Québec de 1920 à 1950.
  • Pascale Ryan, de l’UQAM, s’est penchée sur l’influence d’un groupe d’intellectuels de l’Action nationale, dont Groulx, Laurendeau et Frégault.
  • Marc Charpentier, de McGill, a dévoilé l’état de ses recherches sur: Broadway nord: le théâtre et la vie musicale à Montréal dans les années 1920.

25 novembre

  • Martin Champagne, de l’UQAM, Les arts au temps de Mgr de Laval.
  • Louise Vachon, de l’UdeM, Barbe de Boulogne – madame d’Ailleboust – ou l’ascension d’une femme dans la Nouvelle-France du 17e siècle.
  • Sylvie Dépatie, professeure en histoire à l’UQAM, a tracé un portrait du parcours de feue l’historienne Louise Dechêne avec qui elle a rédigé sa thèse de doctorat et collaboré par la suite au département d’histoire de l’UQAM.

16 décembre

  • Fabienne Rose, de l’UdeM, L’image du roi Louis XV au 18e siècle à partir du journal du marquis d’Argenson.
  • Isabelle Tanguay, de l’UdeM, Le destin social de la noblesse canadienne au 18e siècle.
  • Anne-Catherine Lafaille, de l’UdeM, L’influence des représentations de l’autre – l’amérindien – dans les récits de voyages français au 17e siècle.
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!