Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait.

Nos activités

Consultez ici la liste de nos conférences et du reste de nos activités.

Les débuts de Verdun

Le conférencier Gilles Laberge nous propose de remonter aux origines de Verdun (du début à 1900). Nous allons découvrir la façon dont l’histoire a démarré et parcourir quelques siècles pour comprendre comment cette ville a émergé.

Revivre en images les grandes lignes de l’histoire de Verdun. Une communauté qui, sur la période des quelques cent-cinquante dernières années, a vu progressivement son territoire se couvrir entièrement d’habitations, d’une extrémité à l’autre. Ainsi devenir une des premières banlieues-dortoir de la grande ville de Montréal.

Au programme, il sera question de la présence ancestrale des autochtones, suivie des explorateurs et de la colonisation française, l’implantation du canal de Lachine à la périphérie et de son corridor industriel, avec l’ajout d’une piste de course de chevaux, les débuts de la municipalisation et l’arrivée de quelques grosses industries. Cette première partie se terminera avec l’événement majeur de la fin du dix-neuvième siècle, soit la mise en place d’une longue digue protectrice.

Biographie du conférencier :

Gilles Laberge est historien et archiviste contractuels. Son territoire d’intervention couvre la grande région du Sud-ouest de Montréal et de la Montérégie. De plus, un ambitieux programme d’animation a été élaboré avec plusieurs conférences multimédia et visites guidées qui mettent en vedette la présence amérindienne, la Nouvelle-France et l’histoire régionale.

Pointe-à-Callière, Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal

15 février à 14h (entrée gratuite)
Salle polyvalente

350, place Royale
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 3Y5

Share

Robert Comeau, récipiendaire du prix Esdras-Minville

Le 13 février, en soirée, la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal a décerné le prix Esdras-Minville au professeur Robert Comeau, ancien président de notre Société, pour l’ensemble de sa carrière.

Le prix Esdras-Minville est décerné aux personnes s’étant illustrées dans le domaine des sciences humaines. Robert rejoint notamment Laurent Lapierre, Guy Rocher et Marie-Andrée Bertrand, tous récipiendaires de ce prix dans les années passées.

La soirée de remise de la médaille a été très animée. Claude Corbo, recteur de l’UQAM a rendu un hommage appuyé à Robert Comeau. Puis ce dernier nous a livré une très vibrante allocution que vous pouvez retrouver ici. Nous sommes très fiers de notre ancien Président et lui adressons toutes nos félicitations.

Robert Comeau et Maxime Laporte lors de la remise du prix Esdras-Minville le 13 février 2020.
Share

Plongée au coeur d’une communauté

L’historienne Émilie Guilbeault-Cayer nous emmène au coeur de la communauté des Soeurs de la Charité de Saint-Louis du Québec. Plongée fascinante dans cet univers pour saisir les enjeux humains d’une congrégation qui a formé des générations.

Débarquées en Amérique en 1902, en Gaspésie, les Sœurs de la Charité de
Saint-Louis quittent leur Bretagne natale pour échapper aux lois antireligieuses sévissant en France. Dans le Québec d’avant la Révolution tranquille, la contribution des sœurs au système scolaire est majeure : écoles de rangs, pensionnats, orphelinats, école normale… Les sœurs tisseront au fil des ans un large réseau d’institutions d’enseignement, de la Beauce à Lévis, en passant par Bellechasse, Portneuf et Québec. Et avec l’ouverture d’écoles aux États-Unis et dans l’Ouest canadien, leur zone d’influence s’étend bientôt au-delà des frontières du Québec.

Devant les changements que vit la société québécoise dans les années 1960-1970, la congrégation se questionne. Comment répondre aux nouveaux besoins qui se manifestent ? La congrégation s’adapte en diversifiant ses activités, en créant de nouvelles œuvres de charité et de justice sociale. Au même moment, l’essor des missions internationales offre aux Sœurs de la Charité de Saint-Louis une occasion de renouveau, pendant qu’au Québec la congrégation poursuit son œuvre au service des populations démunies.

Au travers de cette histoire institutionnelle, on découvre des destins individuels, des destins de femmes pionnières de l’éducation en milieu rural au Québec. Émilie Guilbeault-Cayer livre un témoignage vivant à propos des embûches et du travail qui a été accompli pour contribuer à ce grand projet du développement de l’éducation des filles au Québec.

Biographie de la conférencière :

Émilie Guilbeault-Cayer travaille dans les milieux de l’histoire et de l’édition. Elle détient une maîtrise en histoire de l’Université Laval et un microprogramme en édition de l’Université de Sherbrooke. Elle a publié précédemment La crise d’Oka, Au-delà des barricades aux Éditions du Septentrion. Consultante en histoire depuis 15 ans, elle a collaboré à de nombreux projets en histoire autochtone, institutionnelle et urbaine. C’est avec beaucoup de plaisir qu’elle s’est plongée pendant quelques années dans l’univers et l’histoire des Sœurs de la Charité de Saint-Louis pour mieux comprendre leur contribution au Québec d’aujourd’hui. Son livre, Les Sœurs de la Charité de Saint-Louis en Amérique, 1902-2018, est paru aux éditions du Septentrion en 2018.

Pointe-à-Callière, Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal

1er février à 14h (entrée gratuite)
Salle polyvalente

350, place Royale
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 3Y5

Share

Révélations percutantes sur de Gaulle et les Québécois

Pour ce premier ‘Samedi de l’histoire’ de l’année 2020, nous sommes heureux d’accueillir l’historien Roger Barrette pour nous parler du Général de Gaulle et de ses liens surprenants avec le Québec.

Malgré les apparences, le général de Gaulle est un homme méconnu des Québécois. Dans son nouveau livre, fruit d’années de recherche dans des archives longtemps gardées secrètes et à Colombey-les-Deux-Églises, l’historien Roger Barrette dévoile la personnalité intime du général-président et les liens étroits qu’il a tissés, de 1911 jusqu’à sa mort, avec les auteurs et les dirigeants québécois.

 Il apportera des réponses étonnantes aux questions suivantes : Pourquoi ce géant politique s’intéresse-t-il aux Canadiens français ? Que sait-on de ses trois visites au Québec (1944,1960 et 1967)?   Quelle est son influence dans le déroulement de la Révolution tranquille ? Quelle signification donne-t-il à son fameux «Vive le Québec libre !» ? Quelles sont les retombées de la politique québécoise du président de Gaulle ?
Photos d’époque et extraits de films agrémenteront cette conférence.

Biographie du conférencier

Roger Barrette en train de signer son livre au lancement organisé par notre vénérable Société

Roger Barrette est historien, auteur et juge administratif à la retraite.  Il a enseigné l’histoire à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et le management à l’Université Laval et à l’École nationale d’administration publique (ÉNAP).  Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles qui ont été publiés au Québec et en France. Il vient de publier chez Septentrion De Gaulle – Les 75 déclarations qui ont marqué le Québec (1940-1970). Il est secrétaire général de la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs (CFQLMC). Auparavant, il a été président national de l’Association Québec-France et président de la Société historique de Québec.

Pointe-à-Callière, Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal

11 janvier à 14h (entrée gratuite)
Salle polyvalente

350, place Royale
Vieux-Montréal (Québec) H2Y 3Y5

Share
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!