Une ville débridée dès le début

Communiqué de presse

Une ville débridée dès le début

Le dernier numéro de Montréal en tête (été 2012)

Le 400e anniversaire (1612-2012) de la naissance de Maisonneuve nous permet de reconsidérer les origines de Montréal. Le maître à penser des fondateurs français de notre métropole, Jean-Jacques Olier, était un écrivain mystique, parfois magnifiquement déséquilibré, dont on publie encore des inédits, et sa confidente, la cabaretière voyante Marie Rousseau, côtoyait le Tout-Paris aussi bien que les gens des rues…

Il y a 100 ans naissent, à Montréal, Saint-Denys Garneau et André Laurendeau. L’un change le visage de notre poésie, l’autre, la perspective de l’avenir du Québec. Encore plus modernes, le peintre Jean-Paul Riopelle et le poète Gaston Miron n’avaient pas à avoir honte de la ville où ils ont vécu. Dès sa création au XVIIe siècle, elle se tournait vers l’intérieur illimité du continent amérindien, vers les visions de l’aventure et de la marginalité absolues.

En librairie et en kiosque le 10 août

Share